Annonces : Bystronic - Pro-Dis - Toolox

Stimy : rester autonome et réactif avec un laser tube

04/01/2017
A bientôt 40 ans, Stimy a toujours osé investir afin d’être capable de réaliser une prestation complète et de garder la maîtrise technique et les délais de fabrication. Son laser pour tubes de 12 mètres en est la dernière illustration.


Le laser tube permet une grande variété de découpes


L’aventure Stimy a un point commun avec beaucoup d’entreprises familiales : tout a commencé modestement dans un garage. A l’origine en 1979, la société fondée par Yves Mouillesse (Société Industrielle Mouillesse Yves) n’était équipée que d’une forge et d’un marteau pilon. Mais rapidement une première extension a vu le jour en 1982 avec un bâtiment de 240 m², suivie d’autres 1989 et 1992 et 1997 et 2002 pour amener aujourd’hui l’entreprise à une surface de 15 000 m² et un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros. Elle est aujourd’hui dirigée par les enfants d’Yves Mouillesse, Yvan Mouillesse et sa sœur Laurence Janin, et réalise des travaux de tôlerie et chaudronnerie en sous-traitance pour des secteurs variés au niveau national : machinisme agricole (le plus important), matériels de travaux publics, construction naval, militaire, matériel de manutention, agroalimentaire.

machine laser tube
La machine 3D Fabrigear 300 capable de traiter les tubes d’une longueur de 12 mètres a avantageusement remplacé les fraiseuses pour les trous oblongs et a permis de réaliser des découpes 3D impossibles précédemment. Photo Stimy


L’importante surface de production est divisée en deux bâtiments aux spécialités complémentaires : tôlerie, soudure et usinage d’un côté et grenaillage, peinture liquide et poudre de l’autre. L’intégration de toutes ces technologies est un des atouts de Stimy qui peut travailler en totale autonomie et ainsi maîtriser ses coûts et délais de fabrication. Autre caractéristique de l’organisation qui assure la cohésion de l’ensemble : chaque technologie est considérée comme un département indépendant qui doit traiter le département suivant comme s’il s’agissait d’un client extérieur en s’assurant de la faisabilité du produit, de la qualité du résultat et du délai de réalisation.

Chaque département de l’entreprise travaille : le laser doit fournir les quantités demandées avec la qualité demandée à l’unité suivante comme le pliage ou la soudure.

fms decoupe laser
Pour la découpe à plat, Stimy est particulièrement bien équipé avec son FMS comprenant magasin à tôles, trois machines laser et un système sophistiqué de tri des pièces en sortie


Au-delà de l’impressionnante progression de la surface, une année a marqué un tournant dans la vie de la société : en effet, en 1989, elle décide d’investir dans une première machine de découpe laser Mazak alors que cette technologie était à l’époque très peu répandue chez les sous-traitants. Au fil du temps, il sera rejoint par d’autres machines laser quasi-exclusivement toutes acquises auprès du constructeur japonais. Soucieuse de maintenir son avance, Stimy a également fait le pari de la soudure robotisée avec un premier robot équipé d’un transfert de 12 m en 1997 et l’arrivée de deux robots suspendus en 2006.

Le caractère hors norme de l’entreprise se mesure également au souci d’optimisation des flux de production qui se traduit notamment par l’extrême modestie des moyens humains affectés au département laser : « Nous ne sommes pas dans la norme pour le laser : 2 personnes font tourner 8 machines de découpe à plat 2 autres personnes gèrent le laser tube » souligne Yvan Mouillesse. Et si les hommes travaillent en 1 x 8, les machines de découpe à plat tournent en 3 x 8.

Pour arriver à une telle efficacité, Stimy a choisi de remplacer progressivement ses six machines avec déchargement manuel par deux cellules automatisées avec magasins à tôle et un robot de tri (Optopath). Mazak s’est intéressée depuis fort longtemps à l’automatisation du procédé de découpe à plat par laser puisque sa première solution dans ce domaine remonte à 1987. Son offre actuelle repose sur la fourniture de cellules avec chargement automatique (Cell) qui peuvent recevoir des magasins à tôle (Fabshop) équipés de 10 à 40 cassettes. Ces magasins peuvent être partagés entre un maximum de quatre machines. La souplesse du robot de tri est apportée par ses 7200 ventouses pilotées individuellement, qui lui permettent de dégrapper les panoplies quelle que soit la complexité des pièces découpées. Une machine laser indépendante assure la réalisation des prototypes afin de ne pas gêner les fabrications en série.

L’arrivée de la première cellule Cell a dopé le potentiel de production, mais elle ne permettait pas le fonctionnement en 3 x 8 avec la découpe d’épaisseurs variées (traditionnellement de l’acier entre 2 et 15 mm). C’est ainsi que le magasin à tôles a intégré l’entreprise. Quelque temps plus tard, frustrés de récupérer des tôles non dégrappées en sortie, la direction de Stimy a complété l’ensemble par le robot de tri.

yvan mouillesse stimy
Yvan Mouillesse, fondateur de Stimy et le technico-commercial de Mazak devant la machine de découpe laser 3D FabriGear 300


Le grand modèle sinon rien

Dans le but d’apporter un service complet et de maintenir l’autonomie de l’entreprise, Yvan Mouillesse a fait le choix en 2013 d’investir dans une machine de découpe laser de grande dimensions pour le tube. Stimy usinait déjà le tube, mais la solution retenue avant l’arrivée de la machine Mazak 3D FabriGear 300 n’était pas viable à long terme. « Notre parc de machines d’usinage réalisait des trous oblongs dans des tubes. Cela n’était pas leur vocation. Juste avant l’arrivée de la machine pour le tube, une des fraiseuses ne faisait plus que ça ! Et nous préparions nos chanfreins à la meule… » De plus, certains travaux de découpe 3D n’étaient pas possibles.

Plutôt que de choisir une machine aux caractéristiques équivalentes à celles qui étaient déjà présentes dans la région (6 ou 8 mètres de long), le choix s’est porté sur une machine capable de traiter des tubes d’une longueur maximale de 12 mètres pour des tubes carrés de dimensions 200 x 200 mm avec une source de 4 kW. Les marchés de l’entreprise, en particulier dans le domaine du machinisme agricole, voient les dimensions progresser régulièrement.

La machine est équipée d’un palpeur qui détecte les variations de dimensionnelles du tube classiques sur des tubes de 12 mètres de long. Les découpes sont ainsi automatiquement ajustées. « J’aimerais que les fabricants de tube nous livrent des vrais tubes laser. Nous rencontrons aujourd’hui le même problème que nous avions il y a 30 ans sur la tôle avec des déformations lors des découpes. »

A l’époque du chanfrein manuel, Stimy employait une personne à temps plein pour le meulage. Yvan Mouillesse reconnait, que même si l’opérateur est compétent, il est difficile de maintenir une qualité constante sur la durée. L’arrivée de la machine a résolu ce souci.

Si aujourd’hui, la répartition entre la découpe à plat et la découpe de tube est de 80%-20%, Yvan Mouillesse anticipe une progression de la découpe de tube : « Il faut laisser le temps aux dessinateurs d’intégrer le fait que la machine peut découper le tube dans tous les sens. Nos clients n’y pensent pas encore spontanément. » Et il rêve déjà à sa prochaine machine capable de traiter des tubes encore plus grands.

robot de soudage
Le soudage automatisé est également très présent dans l’entreprise avec un total de neuf robots et un banc de soudure pour ridelles. En soudage manuel, l’entreprise maîtrise la soudure MIG-MAG, TIG et par points.

Nos partenaires

Annonces : Bystronic - Pro-Dis - Toolox
HEXAGON Manufacturing Intelligence - NCSIMUL
BYSTRONIC FRANCE SAS
PRO-DIS
SSAB
SALVAGNINI ITALIA SPA