Annonces : Bystronic - Pro-Dis - Toolox

Bourasseau Industrie : choix et utilisation de la cellule robotisée de pliage (2/3)

23/12/2012
Bourasseau Industrie a été attentif à l’ensemble des offres sur le marché. « Lors de l’analyse du besoin pour la rédaction du cahier des charges, nous avons comptabilisé le fait que 95 % de nos références de pièces pesaient moins de 20 kg, ce qui correspond bien à la capacité des bras robotisés de l’Astro II 100 NT Cell. En phase d’approche, Nous avons demandé à Amada d’analyser pour nous la faisabilité de 50 pièces sur leurs robots. Au final, seuls 5 d’entre elles nécessitaient de passer sur un modèle de presse plieuse Astro 165 Cell. »


Avec un minimum de manipulations, le robot de pliage permet d’assurer une précision et une constance des cotes sans équivalent. Sans compter la réalisation de pièces parfois difficilement produites sur des presses manuelles. (Photo Michel Laurent)


Gain de temps : les petites séries récurrentes aussi !

« Lorsque nous engageons la fabrication d’une série de pièces à partir d‘un programme déjà rodé, l’automatisation du changement de préhenseur, comme le calage automatique des outils et des butées, nous permet de régler la presse en quelques minutes à peine. En d’autres termes, l’investissement d’une presse plieuse robotisée permet d’envisager les grandes séries de plusieurs centaines d’unités, mais aussi de gagner du temps avec de petites séries récurrentes de 50 pièces à peine. »

manutention tole presse plieuse
Sur le coté droit de la presse, un magasin de préhenseur avec changeur automatique est dédié au robot de pliage. (Photo Michel Laurent)


Sur une de ses premières mises en fabrication, un lot de 120 pièces comportant 12 plis, Bourasseau Industrie a constaté dès la première série un temps global de fabrication (réglage et pliage) inférieur à celui relevé sur une presse plieuse traditionnelle.

« Actuellement, nous programmons pour la cellule robotisée, toute série potentiellement récurrente. Nous disposons déjà d’une base de données de près de 200 programmes susceptibles d’être relancés en fabrication. »

Montée en charge jusqu’à 100 h /semaine

Depuis sa création, Bourasseau Industrie a toujours fait en sorte d’utiliser un parc machines à la pointe de la technologie. C’est dans ce contexte stratégique, qu’a été implantée au second semestre 2011 une cellule de pliage robotisée Astro II 100 NT Cell d’Amada.

Mis en production en décembre 2011, la presse plieuse et son environnement robotisé sont montés en charge en février 2012 pour atteindre 45 heures de production hebdomadaire, puis 70 heures en mai. « Nous visons avec l’Astro II 100 NT Cell un seuil de 100 heures hebdomadaires avec un seul opérateur. J’avoue qu’au début la mise au point des pièces a pris plus de temps que prévue, car nous ne faisions pas assez confiance à la machine et en ses capacités ! Il nous a fallut un temps d’adaptation à la machine. C’est le cas par exemple, lorsque l’opérateur effectue lui-même ses corrections et déplace les pièces... Il a encore en lui les réflexes du pliage traditionnel. Alors que la machine intègre des capteurs de position pour l’asservir directement via le robot. »

changeur automatique outil presse plieuse
Avec un stock de poinçons et de matrices, la cellule dispose également d’un changeur automatique d’outils et de 2 systèmes de retournement. Chaque outil peut donc être disposé selon 4 positions dans l’espace. L’automatisation du changement d’outil donne toute latitude pour réaliser de petites séries récurrentes.(Photo Michel Laurent)


Large potentiel d’autonomie

Le robot, chargé de la prise sur table et du déchargement en bac ou sur palette, permet d’assurer une large autonomie de fabrication grâce à 3 tables de 600 mm de hauteur de stockage, dédiées à la réserve de pièces planes en amont du pliage. « Nous avons déjà réalisé 11 heures de production d’affilé… et pourrions pousser le curseur jusqu’à 16 heures ! Cela ne nous empêche pas de prévoir l’ajout de 2 tables supplémentaires pour accroître plus encore la durée de fabrication sans intervention. » Pour le déchargement, Bourasseau Industrie choisit lorsque cela s’y prête, une stratégie d’empilement.

Logiciel AstroCAM : l’environnement 3D

Lorsque le magasin d’outils actifs (matrices et poinçons), accessible par le robot, ne peut contenir l’ensemble des formes nécessaires à la réalisation d’une pièce, le logiciel AstroCAM propose de modifier la forme de celle-ci pour permettre sa réalisation avec les outils disponibles. En restant dans les limites fonctionnelles du projet, les modifications vont alors remonter le process de conception pour influencer le développé et la découpe.

Les plis à effectuer sur la pièce étant numérisés, le logiciel AstroCAM s’utilise ensuite en mode simulation afin de valider l’absence de collision.

Prise en main et formation

Exploiter pleinement les capacités de la machine nécessite bien évidemment une formation des opérateurs. Pour cela, Bourasseau Industrie a opté pour un stage d’une semaine chez Amada afin d’approfondir la maîtrise du logiciel de programmation. Pour sa part, le sous-traitant avait déjà connaissance des outils d’imbrication et de découpe utilisés par ailleurs sur d’autres machines Amada. Ensuite, la formation s’est poursuivit sur site pendant 2 semaines autour de la cellule robotisée et de l’accompagnement à la mise en production. Enfin, un complément de formation a permis de mieux maîtriser les particularités et capacités de la presse plieuse robotisée. Bourasseau Industrie met tous les atouts de son coté pour exploiter à terme le maximum des possibilités offertes par l’Astro II 100 NT Cell.

Autres parties de l'article :
Bourasseau Industrie : montée en charge d’une cellule de pliage robotisée Amada (1/3)
Bourasseau Industrie : transtockeur et magasin, 12 ans d’expérience ! (3/3)
Michel LAURENT
Michel LAURENT
Journaliste presse pro / Artiste plasticien

Nos partenaires

Annonces : Bystronic - Pro-Dis - Toolox
DELTA MACHINES
BYSTRONIC FRANCE SAS
PRO-DIS
SSAB
SALVAGNINI ITALIA SPA