Annonces : Pro-Dis, Toolox, Bystronic

TOLEXPO 2019 : SALVAGNINI présentera la nouvelle P2Lean-2120

12/02/2019

Tolexpo est la vitrine sélectionnée par SALVAGNINI pour présenter en France sa n...

> Lire

EUROBLECH 2018 : SALVAGNINI mise sur l'automatisation et la connectivi...

09/10/2018

L’automatisation et le rendement des process sont les pierres angulaires sur les...

> Lire

Retour sur la nouvelle panneauteuse SALVAGNINI présentée à TOLEXPO

17/04/2018

Tolexpo est la vitrine française sélectionnée par Salvagnini qui y a présenté sa...

> Lire

Presse plieuse avec réglage automatique des outils, du vé de pliage

Pliage, cisaillage, roulage

ATA : Automatic Tool Adjuster, Changement rapide longueur poinçons. LT-ATA : Ch...

> Voir

Cellule tôlerie pour fabrication en ilot

Pliage, cisaillage, roulage

FMC Une cellule de production issue de l’expérience des clients Salvagnini trava...

> Voir

Panneauteuse compacte - SALVAGNINI

Pliage, cisaillage, roulage

Panneauteuse à la portée de tous : Changement d'outil automatique et instantané...

> Voir

La veille technologique au service de l’investissement : Robin et la découpe laser fibre

27/10/2015
Salvagnini a fait très tôt le choix d’abandonner le CO2 au profit du fibre pour la découpe. L’entreprise Robin devait remplacer une machine CO2 et sa veille technologique la poussait vers le fibre. Fallait-il pour autant croire les promesses du constructeur ?

Robin a fêté en 2014 sa trentième année d’existence. Si aujourd’hui l’entreprise s’est fait une spécialité de la sous-traitance en tôlerie industrielle (laser, pliage standard ou robotisé, soudure standard ou robotisée) et propose des prestations complètes intégrant la peinture, les essais et le montage, elle a débuté dans un secteur bien différent. En effet, Pierre-Philippe Robin, a fondé la S.A.R.L. Robin en 1984 en s’appuyant sur l’activité artisanale de forgeron et de charron, déjà pratiquée par son père. Avec la présence dans l’entreprise d’Etienne Robin, Directeur Adjoint et fils de Pierre-Philippe Robin, ce sont donc trois générations qui ont façonné l’entreprise pour l’amener à ce qu’elle est aujourd’hui.


Vue de l’atelier Robin avec la machine de découpe laser fibre Salvagnini au premier plan. (Photo Robin)


Robin a connu plusieurs évolutions technologiques majeures qui ont lui permis d’asseoir sa reconversion. L’arrivée de la première presse plieuse à commande numérique date de 1993. Le tournant vers la découpe laser s’est effectué en 1996. La décision d’intégrer cette technologie a été à l’origine de l’importante croissance de l’entreprise qui emploie aujourd’hui une soixantaine de personnes et dont la surface de production s’étend sur 9000 m² avec 5 centres de découpe laser, 2 robots de pliage (premier investissement en 2006), 2 robots de soudure (le premier fut acquis en 2000). Robin transforme l’acier, l’inox et l’aluminium au rythme de 60 tonnes par semaine pour une grande variété de secteurs : les véhicules industriels, l’agroalimentaire, la manutention, etc.

cellule pliage robot
Le pliage robotisé fait également partie des atouts de la société Robin. (Photo Robin)


Pour se tenir au courant des évolutions technologiques susceptibles d’être utiles à son activité, depuis 12 ans, Etienne Robin visite systématiquement le premier salon mondial spécialisé dans le travail de la tôle qui se déroule en Allemagne les années paires : EuroBlech. C’est quasiment exclusivement sur ce salon que les constructeurs dévoilent leurs nouveautés. C’est ainsi qu’il se souvient « d’avoir commencé à s’informer sur la technologie du laser fibre il y a maintenant 6 ans. » Cette veille technologique pointue n’est malheureusement pas assez pratiquée par les industriels français si on en juge par le faible nombre de visiteurs français qui font le déplacement sur ce salon.

Toute la difficulté lors du remplacement de machines vieillissantes est de se trouver à l’aube d’une importante évolution technologique. Rester sur une technologie éprouvée est synonyme de sécurité, mais pourrait rapidement entraîner un décalage avec des concurrents plus audacieux. A contrario, se précipiter pour adopter la nouveauté à tout prix peut handicaper l’entreprise s’il s’agit d’essuyer les plâtres de la mise au point d’une technologie pas suffisamment aboutie. Afin de ne pas se tromper, la société Robin a fait le choix de tests en conditions réelles : « Nous avons effectué des découpes identiques sur nos machines et sur la machine Salvagnini L3 avec une source de 3 kW afin d’apprécier la qualité et la vitesse de la découpe. Pour plus de précision dans notre démarche, nous avons même fourni des échantillons matières au constructeur. Ces tests ont montré que ce qui était annoncé sur le papier par le fabricant était concluant sur la machine. » Les gains annoncés sur les économies d’énergie ou sur la réduction des coûts de maintenance ne pouvaient évidemment pas être mesurés pendant cette phase de test. Cependant Etienne Robin confirme « qu’au bout de deux mois d’utilisation, nous avons effectivement pu apprécier la réduction de la consommation électrique qui est passée de 70 à 25 kW par rapport à l’ancienne machine ». Le recul des coûts de maintenance a également été constaté.

Les essais en Italie ont également montré la grande souplesse offerte par le laser fibre lors des changements de fabrication, qu’il s’agisse de matière ou d’épaisseur avec des temps de réglage quasi inexistants. « La réactivité rendue possible par cette machine est un point important pour notre activité et simplifie l’organisation de notre planning. » Cet avantage est d’autant plus important pour les petites séries ou les pièces unitaires. Sur ce dernier exemple, avec une machine traditionnelle le temps de coupe était équivalent au temps de réglage.

tole decoupe laser
Exemple de découpe


« Elle nous a, en outre, permis d’améliorer la qualité de la découpe de l’inox. Nous avons donc fait basculer sur cette nouvelle machine une grande partie de ce qui était produit auparavant sur une machine CO₂ de 4 kW alors dédiée à 99% à la découpe azote. » Le laser CO₂ a ainsi pu récupérer la fabrication précédemment traitée sur le CO₂ 3,5 kW qui était à remplacer.

Le format de la machine de 2 x 4 mètres a été retenu car l’entreprise possède un savoir faire sur le pliage en 4 mètres et dispose d’un robot de soudure adapté à cette dimension. L’installation s’est faite pendant le mois d’août 2013, mois de fermeture de l’entreprise, afin de ne pas perturber l’organisation.

Une part importante de la production de la société Robin concerne la transformation des tôles de 3 à 15 mm pour l’acier et de 1 à 3 mm pour l’inox. Etienne Robin assure que, « contrairement aux préjugés, si le fibre est très performant dans les faibles épaisseurs, il est aussi performant que le CO₂ pour les plus fortes épaisseurs. D’ailleurs, l’arrivée de cette machine nous a amené à réfléchir différemment au chiffrage pour de nouveaux marchés en privilégiant la machine fibre. De plus, depuis l’intégration de la machine Salvagnini, nous réalisons également la coupe blanche de l’acier sur des épaisseurs jusqu’à 3 mm, ce qui améliore la tenue peinture et correspond à une demande de nos clients ».

etienne robin decoupe
De gauche à droite : Antoine Costa de Salvagnini, Etienne Robin et Serge Bourdier, Directeur de Salvagnini France.


Pour Serge Bourdier, Directeur de Salvagnini France, « le laser fibre offre également une grande stabilité des paramètres de découpe dans le temps, contrairement au CO₂. Par exemple, les paramètres de découpe définis à l’installation de la machine sont identiques un an plus tard. Sur du CO₂, les paramètres évoluent en même temps que la machine. Les capacités ont tendance à décroître entre deux révisions (nettoyage de la source, ajustement et nettoyage du chemin optique, etc.) qui permettent de repartir sur les possibilités initiales. L’entreprise a donc l’obligation d’avoir un laseriste compétent pour adapter les paramètres. Le fibre apporte plus de flexibilité au niveau des personnes qui pilotent la machine. »

« On se rapproche quasiment de la machine presse bouton pour la partie laser. Seule la connaissance du fonctionnement d’une commande numérique est recommandée » surenchérit Etienne Robin qui s’appuie sur les temps requis pour le passage des opérateurs au fibre : deux opérateurs employés depuis environ un an par Robin ont adopté en moins de quinze jours la machine fibre tandis qu’un autre, présent dans l’entreprise depuis deux mois a mis un mois pour la maîtriser. Cette simplicité d’utilisation était un paramètre important pour Robin qui fait tourner ses équipes pour leur permettre une plus grande variété de tâches et leur assurer une polyvalence très utile quand des commandes clients nécessitent des adaptations du temps de travail et une modification de l’organisation comme le passage en 3 x 8.

TOLEXPO 2019 : SALVAGNINI présentera la nouvelle P2Lean-2120

12/02/2019

Tolexpo est la vitrine sélectionnée par SALVAGNINI pour présenter en France sa n...

> Lire

EUROBLECH 2018 : SALVAGNINI mise sur l'automatisation et la connectivi...

09/10/2018

L’automatisation et le rendement des process sont les pierres angulaires sur les...

> Lire

Retour sur la nouvelle panneauteuse SALVAGNINI présentée à TOLEXPO

17/04/2018

Tolexpo est la vitrine française sélectionnée par Salvagnini qui y a présenté sa...

> Lire

Presse plieuse avec réglage automatique des outils, du vé de pliage

Pliage, cisaillage, roulage

ATA : Automatic Tool Adjuster, Changement rapide longueur poinçons. LT-ATA : Ch...

> Voir

Cellule tôlerie pour fabrication en ilot

Pliage, cisaillage, roulage

FMC Une cellule de production issue de l’expérience des clients Salvagnini trava...

> Voir

Panneauteuse compacte - SALVAGNINI

Pliage, cisaillage, roulage

Panneauteuse à la portée de tous : Changement d'outil automatique et instantané...

> Voir

Nos partenaires

ELUMATEC FRANCE SAS
PRO-DIS
SSAB
BYSTRONIC FRANCE SAS
RESATO