Annonces : Bystronic - Pro-Dis - Toolox

Précision et de productivité pour Concraft avec les solutions d'électr...

09/06/2014

Au service de nombreux géants de l’industrie tels que Cisco, Intel, Sony, Toshib...

> Lire

GF Machining Solutions, nouveau nom pour l'union de 3 divisions du Gro...

05/12/2013

Le portefeuille de produits de GF AgieCharmilles est aujourd'hui l'un des plus d...

> Lire

Une machine de texturation au laser pour grands moules développée par ...

04/06/2012

Le procédé de [gras]texturation laser pour moules d\'injection[/gras] de GF Agie...

> Lire

Géométries 3D dans la construction des moules : une nouvelle dimension dans la structuration des surfaces avec la gamme de machines d'usinage laser de GF AGIECHARMILLES (2/2)

17/02/2010
Lorsqu'on se fait expliquer l'ablation laser, on apprend aussi quelque chose sur le laser et la technique de gravure chimique. Qu'est-ce qui parle en faveur de cette combinaison d'une ancienne et d'une nouvelle technologie ?

Stefan Krüth : la technique photochimique travaille avec des films. Ce n'est pas un problème tant que l'on reste à un niveau. Appliquer des films sur des corps 3D bombés est aussi difficile que de tapisser des murs voûtés. Une retouche à la main est indispensable. Lors de l'usinage multicouche et dans le cas de nervures géométriques, un usinage conventionnel arrive à ses limites. Pour la technique laser-gravure chimique, mentionnons d'abord qu'avec un processus de "mapping" en aval, il est possible de tirer une structure par ordinateur de façon virtuelle au-dessus de la surface. Un grand nombre de structures sont moins compliquées dans leur mise en œuvre que dans leur répartition à la surface. Prenons par exemple un schéma d'échiquier à appliquer sur une demi-sphère. Le mapping le permet. La pièce est laquée et passée au laser avec le programme de mapping. Ici, le laquage est enlevé aux endroits devant être accessibles ensuite à l'application en gravure chimique. Deuxièmement, dans la combinaison laser et technique de gravure chimique, il est possible de générer les structures de cuir de plusieurs couches bien mieux qu'avec un processus purement chimique. La technique "purement" laser serait ici plus onéreuse car à cet effet, 50 étapes d'usinage seraient peut-être nécessaires alors qu'avec la combinaison laser-technique de gravure chimique, cinq à huit opérations d'usinage suffisent. Donc d'une façon générale : chaque tâche en soi doit être prise en compte. Il existe des structures qu'on peut tout aussi bien usiner par la technique de gravure chimique, il existe des structures qu'il est possible d'usiner presque aussi bien avec la technique de gravure chimique et d'autres structures par contre que l'on ne peut générer que par une technique purement laser pour obtenir la qualité requise.

Lorsqu'on parle de nouvelle technique, on se pose également la question des visions : lorsqu'on achète deux machines d'une nouvelle technologie, la confiance provient également des visions. A quelles possibilités pensez-vous ?

Stefan Krüth : la technique laser ouvre des possibilités auxquelles aucun concepteur ne rêvait jusqu'à maintenant. Nous avons des ordres de développement qui montrent des effets étonnants à la surface. A côté de quelques clients enthousiasmés, il en existe un grand nombre qui sont sceptiques et doutent des avantages et des possibilités. Dans une telle phase, nous accueillons volontiers les clients prêts à emprunter cette voie avec nous. Un obstacle est certainement la longue durée d'usinage pour les structures plus profondes que nécessite le travail au laser à un grand nombre de niveaux. Mais il faut s'attendre à ce que la mécanique technique s'accélérera encore. Et nous devrions penser également au travail au laser de structures de surface sur les électrodes de graphite et de cuivre. Je suis convaincu que la technologie laser aura sa vraie place dans dix ans. L'usinage au laser ne prendra pas la place de la technique de gravure echimique mais la remplacera dans certains domaines et apportera des impulsions pour des applications toute nouvelles.

La formation aide à travailler correctement

C'est Dino Paganelli, Business Development Manager, une start-up, qui a apporté ses connaissances sur l'usinage laser dans le groupe GF AgieCharmilles (GFAC). Chez GFAC, les technologies du fraisage, de l'érosion, de l'automation et aussi de l'usinage au laser 3D se sentent parfaitement à la maison. Pour le client, des avantages parce qu'il s'agit de technologies qui se complètent et qui peuvent également se combiner. Les machines sont vendues dans le monde entier et leur côté performance est assurée par le SAV. Les formations assurées chez le fournisseur à Schorndorf, aident le client. Les concepteurs, constructeurs et techniciens d'application participant à la chaîne de processus apprennent à évaluer correctement les nombreuses possibilités de la fabrication dans la construction des moules et dans la fabrication de pièces de précision et à les utiliser avantageusement.

Accès au début de l'article : Géométries 3D dans la construction des moules avec l'usinage laser GF AGIECHARMILLES

Précision et de productivité pour Concraft avec les solutions d'électr...

09/06/2014

Au service de nombreux géants de l’industrie tels que Cisco, Intel, Sony, Toshib...

> Lire

GF Machining Solutions, nouveau nom pour l'union de 3 divisions du Gro...

05/12/2013

Le portefeuille de produits de GF AgieCharmilles est aujourd'hui l'un des plus d...

> Lire

Une machine de texturation au laser pour grands moules développée par ...

04/06/2012

Le procédé de [gras]texturation laser pour moules d\'injection[/gras] de GF Agie...

> Lire

Nos partenaires

Delta Machines
Bystronic
Pro-Dis
Ssab - Toolox
Salvagnini