Annonces : Bystronic - Pro-Dis - Toolox

Le CETIM poursuit le déploiement national de la fabrication additive m...

04/04/2019

Le CETIM, institut technologique labellisé Carnot, poursuit le déploiement d’uni...

> Lire

Cetim : un laboratoire commun pour faire progresser l'usinage et la fa...

05/02/2019

Les experts du Luppiam, laboratoire commun au Cetim, à l'Énise et à l'École des ...

> Lire

SIMODEC 2018 : Le Cetim-Ctdec et le SNDEC tournés vers l'avenir et réu...

28/02/2018

Le salon du SIMODEC sera l'occasion pour le SNDEC et le Cetim-Ctdec d'ouvrir sym...

> Lire

DIAGOUTIL, le logiciel de diagnostic de défauts pour outils de presses du CETIM, permet de capitaliser les connaissances pour gagner en compétence

27/03/2007
Pour faciliter la mise au point des outils de presse et assurer leur maintenance tout au long de leur cycle de vie, le Cetim a créé DIAGOUTIL, un nouveau logiciel de diagnostic des défauts et de mise au point des outillages de presse. Objectifs : capitaliser les connaissances de l'entreprise afin d'améliorer la réactivité tout en diminuant les coûts et les délais. En toile de fond : l'amélioration continue des compétences par l'analyse et l'exploitation des retours d'expérience.

Réalisé par le Cetim à la demande de la profession du Découpage-Emboutissage et avec l'aide de cinq industriels de l'outillage et de la frappe (Outillages Fornara, Artois Outillages, Martignoni-Traisnel, SNOP, Métalis), DIAGOUTIL est un nouveau logiciel de diagnostic des défauts et de mise au point des outillages de presse.

« L'objectif de ce logiciel est de faciliter la mise au point des outils de presse grâce à la constitution et à l'exploitation par les entreprises d'une base de données de résolution des défauts », explique André Maillard du Cetim.

Mise au point et maintenance

De fait, la mise au point des outils de presse est toujours une étape délicate dans laquelle de nombreux facteurs entrent en jeu : la spécificité de l'entreprise, sa pratique, son savoir-faire, les types de produit à réaliser, les matériaux utilisés, les tolérances admises?

« Nous ne sommes jamais sûrs à 100% qu'un nouvel outil de presse va immédiatement permettre de réaliser les pièces conformément au cahier des charges », poursuit André Maillard.

Pour y arriver et éliminer les défauts, il va falloir jouer sur l'outil de presse par des réglages de plus en plus précis mais aussi peut-être modifier les calages de la presse elle-même, jouer sur la tôle, changer de lubrifiant ou son mode d'application. Des approches et des tâtonnements qui bien sûr retardent la production, allongent les délais, augmentent les coûts et diminuent la réactivité des entreprises.

Mais tous ces réglages, une fois effectués, risquent de se modifier avec le temps, avec l'usure ou à cause de changements dans les pratiques et les matériaux. C'est ainsi en définitive tout au long du cycle de vie de l'outil de presse que des opérations de mise au point et de maintenance sont nécessaires afin de respecter les caractéristiques du produit final voulu par le donneur d'ordre. Et c'est bien là le rôle de DIAGOUTIL qui vise à suivre l'évolution de l'outil de presse et de ses performances tout au long de son utilisation.

Faire gagner l'entreprise

Basé sur le principe d'une saisie normalisée des défauts et des variations de qualité au cours de la production, DIAGOUTIL permet ainsi de retrouver rapidement, en cas de problème, les défauts similaires déjà enregistrés dans la base de données et les solutions précédemment apportées par l'entreprise. Stockés sur un serveur, dans une base de données partagée entre les différents intervenants à la production (opérateur, monteur régleur, outilleur, administrateur?), ces défauts et leurs solutions constituent la véritable base de connaissance de l'entreprise lui permettant de réagir plus vite et mieux en s'appuyant sur l'expérience, les échecs et les réussites passées. Dans la pratique, grâce aux formulaires préétablis, l'opérateur peut saisir les défauts sur son poste de travail et retrouver dans la base de données les défauts semblables déjà rencontrés et faisant l'objet d'une fiche d'analyse et de résolution.

En cas de doute ou pour information, l'opérateur (ou tout autre intervenant) peut aussi immédiatement envoyer un message d'alerte aux membres du groupe de travail « Défauts » constitué à cet effet. Ceux-ci peuvent alors entrer à leur tour leur analyse et leur commentaire. L'ensemble devant bien entendu être validé par l'administrateur de la base, responsable de DIAGOUTIL et homme-orchestre de l'analyse de défauts dans l'entreprise.

« Cette organisation centrée sur les défauts permet en fait de faire du diagnostic des défauts une véritable stratégie d'entreprise », poursuit André Maillard. Une stratégie dont la finalité est, de toute évidence, de faire gagner l'entreprise. « 20% des défauts bien décrits et analysés couvrent en fait 80% des problèmes », ajoute André Maillard. « Leur diagnostic automatique devrait éviter de réinventer à chaque fois de nouvelles solutions et permettrait ainsi de faire gagner un temps considérable à nos entreprises ».

Le CETIM poursuit le déploiement national de la fabrication additive m...

04/04/2019

Le CETIM, institut technologique labellisé Carnot, poursuit le déploiement d’uni...

> Lire

Cetim : un laboratoire commun pour faire progresser l'usinage et la fa...

05/02/2019

Les experts du Luppiam, laboratoire commun au Cetim, à l'Énise et à l'École des ...

> Lire

SIMODEC 2018 : Le Cetim-Ctdec et le SNDEC tournés vers l'avenir et réu...

28/02/2018

Le salon du SIMODEC sera l'occasion pour le SNDEC et le Cetim-Ctdec d'ouvrir sym...

> Lire

Nos partenaires

Igus
Bystronic
Pro-Dis
Ssab - Toolox
Resato