Annonces : Toolox - Pro-Dis - Bystronic

EMO Hanovre 2017, des événements consacrés aux tendances des technolog...

07/07/2017

L’EMO Hanovre, premier salon mondial des technologies d’usinage des métaux, rouv...

> Lire

EMO : un succès mondial grâce à l\'initiative commune des constructeur...

05/09/2011

La 19e édition de l’EMO, le plus grand salon international des technologies de t...

> Lire

EMO Hanovre 2011, le salon mondial phare de l’usinage des métaux est d...

27/06/2011

Le prochain EMO, le salon mondial phare de l’usinage des métaux, se déroule à no...

> Lire

EMO HANNOVER

Du 16 au 21 septembre 2019, des constructeurs du monde entier viendront une fois...

> Voir

L’année de l’EMO signe la reprise dans le secteur de la machine-outil

13/07/2017
Le prochain EMO Hanovre se tiendra du 18 au 23 septembre 2017. Premier salon mondial des technologies d’usinage des métaux, c’est le meilleur baromètre des tendances et innovations techniques dans la production. Il pousse donc aussi les investissements dans les machines-outils, les solutions de production et les services liés à la production. Pour les exposants et les visiteurs, l’Association des constructeurs allemands de machines-outils (VDW), Francfort-sur-le-Main, Allemagne, organisatrice de l’EMO, placera la numérisation et la mise en réseau sous les projecteurs.

« Les experts attendent de la mise en réseau un bond en avant en termes d’amélioration de la productivité et de la compétitivité pour tous les clients du secteurs d’activité » explique Wilfried Schäfer, Président du VDW, lors de la conférence de presse à Paris le 10 mai 2017. Wilfried Schäfer pense que cela pourrait aussi s’accompagner d’un essor des investissements.

La demande internationale de machines-outils se remet en route en 2017 Le marché mondial de la machine-outil s’est monté à 6,7 milliards d’euros en 2016 d’après les statistiques mondiales du VDW, soit un recul de 3 pour cent. Pour 2017, année de l’EMO, l’institut de recherche économique britannique Oxford Economics attend une amélioration de la situation avec une hausse du produit mondial brut de 2,6 pour cent. L’année dernière, la croissance était encore de 2,3 pour cent. La production industrielle et la consommation de machines-outils devraient progresser respectivement de 3,1 et 3,2 pour cent en 2017. On prévoit que l’Europe sera une nouvelle fois en tête de la consommation avec une croissance de 4,0 pour cent. Les pays d’Europe du Sud, Italie et Espagne, mais également la France, tous trois des grands marchés de la machine-outil en Europe, continueront d’être des moteurs de la croissance. L’Asie pourra probablement augmenter sa consommation de machines-outils de 3,5 pour cent en 2017. D’un côté, la Chine est sortie d’une période difficile et devrait connaître une croissance de 3,9 pour cent. De l’autre, on attend une reprise sur les marchés asiatiques. En Amérique par contre, il est prévu à nouveau une stabilisation de la demande de machines-outils. Après un recul en 2016, il devrait y avoir une légère croissance de 0,5 pour cent.


EMO 2017 : secteur des centres d'usinage et fraiseuses

L’économie française dans l’expectative

L’économie française est dans l’expectative en cette année d’élections. Selon les experts de GTAI (German Trade and Invest), le service allemand d’information sur les questions de développement économique international, la France n’est pas un moteur conjoncturel exceptionnel mais son économie est néanmoins relativement stable dans l’environnement européen. Les impulsions en termes de croissance viendront en conséquence prioritairement du marché intérieur. Les secteurs industriels tels que l’automobile, la construction navale et la construction aéronautique profiteront de carnets de commandes bien remplis, l’industrie chimique connaît une croissance lente, la consommation des ménages reste un pilier important.

Pour 2017, Oxford Economics attend une croissance du produit intérieur brut de 1,4 pour cent. La production industrielle devrait augmenter de 1,6 pour cent, les investissements des huit premiers secteurs acheteurs de machines-outils devraient même progresser de 3,6 pour cent. D’après les enquêtes réalisées, cette progression serait due principalement au renouvellement et remplacement des technologies de production. Les engagements de l’automobile, de la construction aéronautique et de la fabrication de produits métalliques seront supérieurs à la moyenne. Cela aura aussi en 2017 un impact positif sur la consommation française de machines-outils qui doit augmenter de 6,2 pour cent.

L’EMO Hanovre est une plateforme d’information majeure sur les nouvelles solutions dans la production et pour les décisions d’investissement qui s’y rapportent, notamment dans l’environnement Industrie 4.0, ou Industrie du Futur, selon la terminologie française. Tous les grands fournisseurs de l’industrie française sont présents et fortement représentés. La France importe presque 90 pour cent de sa consommation de machines-outils. Ces importations se sont élevées à 916 millions d’euros en 2016. L’Allemagne est le principal fournisseur avec une part d’un tiers du marché, loin devant l’Italie, la Belgique, la Suisse et le Japon. En 2016, L’Allemagne a exporté pour 423 millions d’euros de machines-outils, pièces et accessoires, vers la France.

Cela représentait une progression de 18 pour cent, les deux années précédentes ayant été un peu plus faibles. La demande a porté en particulier sur les pièces et accessoires, les centres d’usinage, les tours, les machines laser et les rectifieuses. On prévoit qu’en 2017, l’activité bilatérale va continuer d’évoluer favorablement, les commandes en provenance de France ont en effet aussi augmenté de 18 pour cent en 2016.

« Les constructeurs allemands de machines-outils sont solidement ancrés en France. Ils jouissent d’une très bonne réputation lorsqu’il faut des solutions particulières pour certaines applications dans la construction automobile, chez les sous-traitants, dans la construction mécanique et dans l’industrie électronique », explique Wilfried Schäfer du VDW. « Nous souhaiterions cependant aussi encourager les PME françaises, utilisatrices de machines-outils, à venir s’informer à l’EMO Hanovre et découvrir ce que le monde de l’usinage des métaux a encore à proposer » poursuit Monsieur Schäfer.

Les constructeurs français de technologies de production doivent également se tourner davantage vers les marchés internationaux. Leur position sur le marché mondial montre qu’ils sont compétitifs au niveau international. Avec un volume de 720 millions d’euros, la France occupait la 11ème place des grands constructeurs de machines-outils internationaux en 2016. Selon les statistiques mondiales du VDW, les exportations ont augmenté de 13 pour cent en 2016. Les principaux marchés sont la Chine, l’Allemagne, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Italie. Les livraisons vers l’Allemagne ont cependant chuté de 12 pour cent en 2016 avec un volume de 82 millions d’euros. Les exportations ont portés surtout sur des pièces et accessoires.

Les constructeurs français ont donc tout intérêt à profiter de l’EMO Hanovre 2017 pour se positionner sur le marché mondial comme des fournisseurs hautement compétents et développer leurs exportations. A la fin avril, 34 exposants français s’étaient inscrits à l’EMO Hanovre 2017.

EMO Hanovre 2017, des événements consacrés aux tendances des technolog...

07/07/2017

L’EMO Hanovre, premier salon mondial des technologies d’usinage des métaux, rouv...

> Lire

EMO : un succès mondial grâce à l\'initiative commune des constructeur...

05/09/2011

La 19e édition de l’EMO, le plus grand salon international des technologies de t...

> Lire

EMO Hanovre 2011, le salon mondial phare de l’usinage des métaux est d...

27/06/2011

Le prochain EMO, le salon mondial phare de l’usinage des métaux, se déroule à no...

> Lire

EMO HANNOVER

Du 16 au 21 septembre 2019, des constructeurs du monde entier viendront une fois...

> Voir